La Grève au cinéma

Les films racontant des grèves constituent un genre à part entière avec ses personnages, ses thématiques, ses codes. Leur particularité est qu’on les retrouve aussi bien dans le documentaire que dans la fiction. De La grève d’Eisenstein (1925) à Dear Comrades d’Andrei Kontchalovksi (2020), la conférencière démontrera comment la représentation de la grève a évolué depuis cent ans, quels sont les éléments stylistiques et narratifs utilisés et quel message politique est véhiculé dans ces films mettant en scène la lutte des classes.

Souad Massi

L’album Sequana (sorti en octobre 2022), redéfinit l’univers de Souad Massi par une variété musicale inédite : la palette des couleurs sonores de la chanteuse, auteure et compositrice franco-algérienne, habituellement marquée par le folk et le chaâbi, s’élargit vers le Sahel, les Caraïbes ou le Brésil, parfois le rock. Avec ce dixième album, Souad Massi part à la recherche du soleil de son enfance, de la lumière et de la douceur, tout en traquant la cruauté qui pousse les dictateurs à couper les mains du poète. Née en 1972 à Bab-el-Oued, Souad Massi appartient à une large et riche famille, celle du folk, dont l’ADN se définit par la guitare, le souci de l’observation et l’intelligence qu’il y a à transmuter les blessures en chansons. Son nouvel opus est un recueil de onze chansons, dont neuf écrites et composées de sa plume, qui tentent de saisir le passage du temps et l’essentiel – ce que nous devons préserver et transmettre. Ici, tout est métaphore et paradoxe, tout est cocon et chrysalide, tout est pulsion, et tout est lien. En vertu de cette loi de la transformation, Sequana affiche une diversité de styles musicaux inusitée, distillés avec délicatesse, au fil de l’inspiration, rock, folk, calypso, bossa, reggae, sonorités venues d’Orient ou du désert algérien.

Michel Meis Quartet

Avec des ambiances d’une grande diversité et sur des structures complexes mais jamais arbitraires, le groupe propose des compositions aussi élaborées que ludiques, aussi dansantes que mélancoliques. Cet éclectisme est cristallisé par le jeu de Michel Meis, le batteur assumant pleinement une identité hybride nichée quelque part entre son héritage hardcore et un penchant pour des rythmes de jazz tranquilles mais progressifs. Quant à ses compagnons, Alisa Klein au trombone, Cédric Hanriot au piano et Stephan Goldbach à la contrebasse, s’ils ont chacun des moments de brillance technique, ils ne cèdent jamais à la démonstration, et placent toujours leurs compétences au service de la composition et de l’ambiance. Après son premier album Lost in translation, le quartet présente aujourd’hui Kaboom, puissante détonation sonique et véritable tour de force. Outre ses acolytes habituels, Michel Meis s’y est entouré du violoniste Théo Ceccaldi pour offrir un album au croisement éblouissant et imprévisible des genres et des humeurs, donnant une fraîcheur au jazz en introduisant des touches de (post-)rock, d’électro-pop ou de musique classique.

Boom

Dans ce spectacle le corps apparaît par bribes : une main, un pied, un morceau de peau, deux yeux… Comme dans un jeu de construction, toutes les combinaisons sont possibles jusqu’à ce qu’apparaisse devant nous ce corps entier et fragile. Mais pour BoOm, un petit être à tête de cube, apprendre à vivre n’est pas chose aisée : tomber, se relever, grimper, sauter puis tomber encore… Comment habiter cette maison étrange qu’est le corps ? Comment apprivoiser la gravité qui est là, toujours ? Le cube, élément commun dans le monde du tout petit, est ici accumulé, décliné puis détourné pour aborder la question de l’équilibre de façon drôle, surprenante et sensible dans une oeuvre visuelle et poétique adaptée aux très jeunes spectateurs.

Ensemble vocal du Luxembourg

À peine le printemps a-t-il pointé le bout de son nez, avec ses rayons de soleil bienfaisants, les premiers bourgeons et le chant des oiseaux, que nos cœurs se voient à nouveau égayés. Puis vient l’été, avec ses récoltes et son cortège de réjouissances, ses soirées langoureuses qui nous permettent de savourer les délices reposants et enchanteurs. L’automne, paré de couleurs chatoyantes et de brumes mystiques, nous emmène dans un univers magique, annonciateur de l’hiver qui lui, nous permet de goûter au feu de cheminée où craquettent doucement les brindilles. C’est dans cet état d’esprit unique, réunissant les quatre saisons, que les trois ensembles vocaux interpréteront des  œuvres de différents siècles, avec en toile de fond une présentation multimédia de choix.

Schnouky

« Je voudrais vivre toutes les vies et rester toujours jeune. (…) Je voudrais au moins pendant un temps vivre la vie de l’autre côté et me prouver que je sais aussi me débrouiller dans une autre position sociale. Je t’en prie, ne me donne plus d’ordres, cela ne fait que me rebiffer et je ne ferai jamais une chose à laquelle je n’aurai pas donné mon consentement intérieur. Je vis maintenant en pleine indépendance, c’est très agréable de se sentir ainsi son propre maître. Ton fils. »

Mais qui se cache donc derrière ce « fils » ? Andrée Mayrisch, une jeune femme avant-gardiste, courageuse et volontaire qui rêve d’indépendance et que ses amis surnomment « Schnouky ». Née en 1901 à Dudelange, fille unique du célèbre couple du Grand-Duché, Aline et Émile Mayrisch, elle jouit d’une éducation privilégiée et libérale. Pendant ses études à Genève, puis Paris, Londres et finalement Berlin, Schnouky fréquente les personnes les plus en vue du moment, ambassadeurs, femmes de salon, professeurs et écrivains célèbres. Parmi eux, Pierre Viénot, diplomate et homme politique français, dont elle deviendra la femme et surtout la collaboratrice tout en s’engageant à fond dans le mouvement socialiste. À travers les nombreuses lettres de Schnouky à sa mère Aline, nous allons suivre une jeune femme qui évolue dans cette période incertaine de l’entre-deux guerres. Dotée d’un esprit libre et moderne, d’un franc parlé hors du commun, elle partage son quotidien, ses tourments amoureux, ses doutes et son profond désir de s’engager dans la société. Un siècle plus tard, c’est à la fois passionnant et troublant de constater à quel point les pensées de Schnouky font écho aux crises politiques et sociales auxquelles nous sommes confrontés.

Runners

Avec sa pièce Runners la compagnie Hippana.Maleta promet beaucoup de mouvement, d’humour et de rythme: sur un tapis roulant, deux jongleurs courent et courent sans pouvoir descendre, tandis qu’un musicien les entraîne à travers une série de jeux et d’expériences. Qu’est-ce qui les motive? Avec Runners, l’artiste de cirque et jongleur allemand Jonas Schiffauer, son collègue irlandais Alex Allison et le multi-instrumentaliste espagnol Moisés Mas García traitent de l’écoulement du temps, réel ou ressenti. Par le jeu et l’humour, le spectacle aborde l’évolution de la bipédie humaine et son aptitude au lancer dans une civilisation de plus en plus inerte. Les deux tapis roulants, gérés par Moisés Mas García comme un instrument de musique, assurent des rôles clefs dans cette performance jonglée prodigieuse, drôle et lumineuse, qui enchantera toute la famille.

Danceperados of Ireland

Originaire d’Irlande, le groupe Danceperados est composé d’artistes très talentueux et primés, ainsi que d’une équipe créative renommée. Le chorégraphe et double champion du monde Michael Donnellan attache une grande importance à l’authenticité, et traduit les histoires en mouvements, exploitant de nouvelles techniques qui stimulent la passion et la créativité des danseurs. Avec Spirit of Irish Christmas, les Danceperados offrent un spectacle de Noël très raffiné : en harmonie avec la musique et la danse, la multi-vision avec des paysages hivernaux et des motifs de Noël donne au public la sensation de se trouver en Irlande. Le spectacle est inspiré par les éléments traditionnels irlandais de Noël et dépouillé de toute dimension commerciale, pour une authenticité véritable.

Blackbird

Après 15 ans de silence, Una, une jeune femme, rend visite à Ray sur son lieu de travail : une photo de lui dans un magazine spécialisé l’a mise sur sa piste. La dernière fois qu’elle l’a vu, elle avait douze ans, lui en avait quarante et ils avaient une relation. Ils ne s’étaient pas revus depuis. À travers des dialogues saisissants, chacun révèle par bribes comment sa vie a été bouleversée, soumise au jugement des autres. Allusions, hésitations, révélations : jusqu’au rebondissement final, la pièce vous laisse dans l’expectative… Blackbird est un texte de l’écossais David Harrower écrit en 2005 pour le Festival international d’Edimbourg.

Compostelle sans bagages

Les deux aventuriers-réalisateurs Muammer Yilmaz et Milan Bihlmann, connus sous le nom de Optimistic Travelers nous offrent ici leur troisième film documentaire réalisé… avec un smartphone. Ils ont parcouru 800 km sur le célèbre chemin de Compostelle dans un esprit minimaliste : soucieux de l’environnement, ils ont fait le choix de voyager légers, sans bagages ni réservation, parfois sans argent et en produisant le moins de déchets possible. Leur voyage nous offre la nouveauté, l’inconnu, le changement, l’extraordinaire, et c’est comme si le temps s’allongeait : il se passe tant de choses inhabituelles que les journées en paraissent plus longues. Même si la marche à pied peut sembler identique jour après jour, le chemin emprunté offre ses surprises et ses merveilles, renouvelant chaque jour ses paysages et ses rencontres insolites. Un film humaniste et plein d’optimisme, qui vous donnera l’envie de marcher… librement !