Quatuor Leonkoro

« Le Quatuor Leonkoro […] a une énorme présence scénique, brille au service de la musique, prend tous les risques et étonne par sa sensibilité à rechercher un son propre à chacune des pièces […] ».

Ce quatuor à cordes, fondé à Berlin en 2019, ne peut être décrit avec plus de justesse que dans cette critique du Frankfurter Allgemeine Zeitung en janvier 2022. Deux de quatre membres étant des frères, ce n’est pas un hasard si le nom de l’ensemble se réfère au livre Les frères cœur-de-lion d’Astrid Lindgrendont le titre allemand est Leonkoro et qui ne raconte pas seulement l’histoire de deux frères, mais promet, comme c’est aussi le cas pour la musique de chambre, la chaleur d’un généreux réconfort dans les moments difficiles. Le quatuor est déjà lauréat de nombreux premiers prix, dont encore récemment au Concours international de quatuors à cordes du Wigmore Hall de Londres, où il a remporté le premier prix, ainsi que 9 des 12 prix spéciaux.

Klang der Alpen

Pour son concert automnal, la Ettelbrécker Musek entraîne le public vers le massif des Alpes : après un séjour de quatre jours et un concert donné à Lucerne en mai, l’ensemble veut maintenant, avec son chef Rainer Serwe, rapporter ses souvenirs de voyage à Ettelbruck. Les impressions musicales et les récits des paysages impressionnants des Alpes captiveront et enthousiasmeront les auditeurs. Le point culminant du programme sera à coup sûr le Capriccio pour cor des Alpes et orchestre de Rainer Bartesch avec Guy Mangers en soliste. Le programme proposera aussi, entre autres, Dolomites du compositeur luxembourgeois Georges Sadeler.

ENGLBRT

Le tout nouveau duo indietronic ENGLBRT, l’union inattendue entre l’auteur-compositeur-interprète Georges Goerens, alias Bartleby Delicate, et le batteur et compositeur polyvalent Niels Engel, arrache le public à son quotidien et l’emmène vers un endroit où les pads de synthie densément superposés et le jeu de guitare se combinent avec des rythmes entraînants pour fournir une toile de fond en mosaïque étincelante pour des mélodies douces et accrocheuses. Mêlant de multiples influences allant de l’électro, du jazz contemporain à l’indie pop, les musiciens parviennent à créer leur propre son authentique et rafraîchissant. S’il semble tout à fait naturel de voir l’un ou l’autre musicien sur scène, la combinaison des deux est une synergie surprenante et énergique qui promet un mélange expérimental des styles. Une collaboration artistique qui est née à l’origine d’une nécessité, car en période de vide créatif, les deux ont ressenti le besoin d’écrire des chansons et de faire de la musique ensemble. Le résultat est cette expérience de concert extraordinaire, qui, avec les arrangements créatifs et la batterie énergique de Niels Engel en lien avec le chant sensible de Georges Goerens, laisse briller de la lumière à travers les fissures de la vie quotidienne.

Ars Nova Lux

Ars Nova Lux est un ensemble à géométrie variable proposant une combinaison inhabituelle d’instruments de musique qui émeut et enthousiasme le public d’une manière absolument unique. Se produisant dans des formules instrumentales variables de 2 à 6 musiciens, l’ensemble offre une grande variété de genres musicaux. La marque de fabrique d’Ars Nova Lux tient à la fois à la vivacité des solistes au sein de l’ensemble et à son interprétation d’œuvres de compositeurs luxembourgeois. Son programme à Ettelbruck comprendra en majeure partie les œuvres de son album Jazz inspired enregistré au CAPE et publié fin 2021. À l’instar de nombreux compositeurs du répertoire classique déjà influencés par le jazz, les thèmes de Jazz inspired contiennent également de nombreux éléments issus de ce style, tant au niveau du vocabulaire harmonique que de la spontanéité rythmique. À ces thèmes de l’album s’ajouteront d’autres compositions de même inspiration dont la création mondiale d’une composition de Caroline Mirkes.

La nature est l’avenir de l’humanité

Comment survivre à la crise climatique, à l’effondrement de la biodiversité, à la pollution des sols, de l’air et de l’eau et aux pandémies à venir ? Les films de science-fiction nous offrent la possibilité d’explorer une multitude d’avenirs possibles pour l’humanité. Grâce à la fiction, nous pouvons nous projeter en avant dans les meilleurs et les pires des futurs, imaginer d’autres mondes et des façons radicalement nouvelles de façonner notre environnement.

La conférencière montre que la science-fiction fonctionne comme un laboratoire qui permet de déconstruire toutes les certitudes et de reconsidérer notre relation à la nature : elle analyse à cet effet des films postapocalyptiques dans lesquels les humains doivent faire face à une nature hostile ou indifférente aussi bien que des descriptions de planètes fictives sur lesquelles la relation entre l’humanité et la nature est entièrement à redéfinir.

Sahasa

La créativité a de nombreuses facettes ! Sahasa (« courage » en népalais) est une histoire dansée sur le courage et la créativité. Par une performance mélangeant danse HipHop, football freestyle, freerun, illustration et projection vidéo, trois artistes montrent que la créativité ne s’exprime pas que par l’art, mais peut aussi prendre d’autres formes. Ils veulent ainsi encourager chacun, grand ou petit, à faire preuve de créativité sous toutes ses facettes et à raconter sa propre histoire. La pièce invite à un voyage à la recherche de l’épanouissement personnel, dans l’exploration de nos compétences et de nos talents, ainsi qu’à la confrontation de nos peurs et nos doutes. Sahasa invite à être curieux, à vivre des surprises, à permettre des rencontres et à être simplement courageux.

Orchestre Philharmonique du Luxembourg

L’Orchestre Philharmonique du Luxembourg (OPL) se produira cette saison à Ettelbruck sous la baguette du chef tchèque Petr Popelka et avec la violoniste néerlandaise Simone Lamsma. Petr Popelka, qui dirige l’Orchestre de la radio norvégienne depuis août 2020 et est également chef d’orchestre et directeur artistique de l’Orchestre symphonique de la radio de Prague à partir de la saison 2022/2023, s’est rapidement fait un nom comme l’un des chefs d’orchestre les plus inspirants de sa génération. Simone Lamsma, qui interprètera le premier concerto pour violon de Max Bruch, est saluée pour son jeu brillant, net, expressif et intense, et considérée comme l’une des personnalités musicales les plus remarquables du monde classique. La soirée débutera avec l’ouverture du Vaisseau fantôme de Richard Wagner et se conclura par la célèbre 9e Symphonie d’Anton Dvořák, dite Du Nouveau Monde, écrite alors que le compositeur tchèque séjournait à New York en tant que directeur du Conservatoire. Aujourd’hui, cette symphonie est son œuvre la plus connue et l’une des plus jouées au monde.

Sénégal, du nord au sud

Le documentariste Marc Temmerman nous plonge dans une immersion narrative et rêveuse le long des côtes du Sénégal. Au fil des kilomètres parcourus du nord au sud, le long du littoral atlantique, le Sénégal dévoile une beauté insoupçonnée sur des terres historiques. De la ville de Saint-Louis tout au nord au Cap-Skirring à l’extrême sud, en passant par l’île de Gorée, le lac Rose, le désert de Lompoul ou encore la région du Siné-Saloum, le réalisateur nous emmène à la découverte de la légendaire hospitalité sénégalaise, dénommée la Téranga. Pays riche en histoire et en culture, le Sénégal recèle des trésors cachés et une grande palette de paysages rythmés par la rencontre des différentes ethnies du pays : les Wolofs à l’ouest, les Peuls dans la vallée du fleuve Sénégal, les Sérères dans le Sine-Saloum, les Diolas en Casamance… Le film tentera de définir la notion de Téranga en mettant en perspective le passé colonial du Sénégal, ses réalités esclavagistes d’un autre temps et le visage actuel d’un pays kaléidoscope ouvert au monde tel une porte vers l’Afrique.

Dat klengt Gespenst

Les Ettelbrécker Guiden présentent cette année le célèbre récit pour enfants Dat klengt Gespenst d’Otfried Preußler. Le petit fantôme hante Eileburg depuis des siècles, et depuis toujours, il se réveille chaque nuit à minuit, hante l’ancien château et rencontre son meilleur ami, Uhu Schuhu. Son rêve serait de pouvoir de réveiller de jour pour voir le soleil, mais en dépit de nombreuses tentatives, il a toujours échoué…. Jusqu’au jour où… tout change. Une pièce de théâtre jouée par des enfants pour des enfants.

 

Die schöne Müllerin

La quête du grand amour, l’accomplissement, le bonheur, l’illusion, la déception, la perte et une fin déchirante : tous ces thèmes typiquement romantiques sont présents dans les 20 lieders du cycle Die schöne Müllerin de Franz Schubert, évoquant les vicissitudes de la vie d’un jeune homme. Le ténor Tilman Lichdi et la pianiste Anette Fischer-Lichdi offrent ici au public une soirée exceptionnelle entièrement consacrée à cette œuvre emblématique. Tilman Lichdi est considéré comme l’un des interprètes de Bach et de lieder les plus importants de ces dernières années. Il a chanté avec le Chicago Symphony Orchestra ou le New York Philharmonic sous la direction de grands chefs tels que Herbert Blomstedt, Ton Koopman, Thomas Hengelbrock et Bernard Labadie. Anette Fischer-Lichdi a quant à elle été récompensée à diverses reprises lors de concours internationaux renommés comme le Concours international « Schubert et musique moderne » à Graz. Depuis 2019, elle enseigne au Conservatoire du Nord.